***Version française en bas de la page***

Winter Sports Death Review a report by the Office of the Chief Coroner of Ontario examines 45 fatalities related to skiing, snowboarding and tobogganing in Ontario from January 1, 1991 to December 31, 2012. Released in December 2015, the review’s primary purpose is to increase the safety of skiing, snowboarding and tobogganing through the use of death investigation data in conjunction with expert opinions.

Among the review’s findings:

34 of 45 (76%) winter sports fatalities involved skiing; 28 of 34 (82%) involved alpine skiing.

Tobogganing accounted for 6 of 45 (13%) of fatalities; 3 of 6 (50%) were the traditional type toboggans; tubes amounted to 1 of 6 (17%).

  • Snowboarding totalled 5 of 45 (11%) fatalities.
  • The majority of fatal accidents occurred during social type outings with friends or family, 37 of 45 (82%);
  • 5 of 45 (11%) of fatalities occurred during separate school organized ski events.
  • In 24 of 45 (53%) of cases death occurred due to a collision with a tree or multiple trees.
  • Falls were the second most common cause of death accounting for 15 of 45 (33%) of cases.

The review set out to answer three questions:

1.      Are fatalities as a result of skiing, snowboarding or tobogganing more likely to occur in those of limited experience?

Of the 39 fatalities involving skiing and snowboarding, 8 (21%) were classified as beginners [low level of experience/proficiency]; 9 of 39 (23%) were experienced, 14 of 39 (36%) were highly experienced and 3 of 39 (8%) were elite [A classification of elite would be given to a certified ski instructor].

26 of 39 (67%) of skiing/snowboarding fatalities were classified as experienced to elite compared to 8 of 39 (21%) involving beginners. Seemingly, fatalities are more likely to occur in those with high levels of experience. Experienced skiers may be more confident and less risk adverse, in that they are prepared to take challenges that lesser experienced skiers would and should avoid such as more challenging runs, steeper, faster, extreme terrain, more turns. Conditions on expert runs (black diamond, double black diamond) are less forgiving and mistakes have greater consequences.

2.      Are fatalities as a result of skiing, snowboarding or tobogganing more likely to occur during adverse weather conditions?

The report considered these factors, snow conditions, visibility and lighting. In the majority of cases, 29 of 45 (64%) snow conditions were undetermined. In the 11 of 45 (25%) of cases where snow conditions were determined the most prevalent condition was clear. [clear seems to relate more to visibility than the condition of the snow surface e.g. icy, powder, machine groomed].

Visibility in the majority of cases was undetermined. In 12 of 45 (27%) of cases where it was determinable it was categorized as clear visibility.

22 of 45 (49%) occurred during daylight hours.

Weather conditions were not frequently documented resulting in a large number of cases being classified as unknown. This finding highlighted one of the ways in which death investigation data collection can be improved.

3.      Are head injury fatalities as a result of skiing, snowboarding or tobogganing more likely to occur when a helmet is not worn?

Not surprisingly the conclusion was yes. Traumatic brain injury is the leading cause of death among skiers and snowboarders. 24 of 45 (53%) of fatal incidents were due to head trauma. Of the 24 head specific cases reviewed by the Specialist Review Team it was their expert opinion that the wearing of a certified, winter sport specific and properly fitted helmet would have prevented death in 9 of 24 (38%) of cases, probably prevented death in 6 (25%) of cases and possibly of prevented death in 4 of 24 (17%) of cases.  Collectively, 19 of 24 (79%) deaths due to head trauma were possibly/probably preventable.

The Coroner’s review was initiated due to the deaths of five students on separate school sponsored ski events during the period reviewed. From a general perspective total fatalities relative to the number of overall participants in winter sports activities, namely skiing, snowboarding and tobogganing are low frequency. However, loss severity can be significant.

To promote safe winter sports practices for skiing and snowboarding the Office of the Chief Coroner recommends that school boards be familiar with and implement OSBIE’s School Board/Snow Resort Safety Guidelines for Out-of-School Trips for Winter Sports Education Guidelines which is found at the following link:

http://osbie.on.ca/pdf/English-Ski-Package.pdf

To read the report in its entirety on the Ministry of Community Safety & Correctional Services website, click here.

Mark Cunliffe, Risk Analyst

markc@osbie.on.ca 

 

 

************************************************************************************

 

L’Examen des décès liés aux sports d’hiver, un rapport publié par le Bureau du coroner en chef de l’Ontario, passe en revue 45 décès accidentels liés à la pratique du ski, de la planche à neige et du toboggan qui sont survenus dans la province de l’Ontario entre le 1er janvier 1991 et le 31 décembre 2012. Publiée en décembre 2015, cette étude a pour principal objectif d’améliorer la sécurité de la pratique du ski, de la planche à neige et du toboggan en mettant à profit les données recueillies lors de l’enquête sur les décès et les opinions exprimées par les experts.

L’examen a permis de constater notamment que :

34 des 45 (76 %) décès attribuables aux sports d’hiver étaient liés à la pratique du ski et 28 de ces 34 (82 %) décès mettaient en cause le ski alpin;

  • la pratique du toboggan a entraîné 6 des 45 (13 %) décès attribuables aux sports d’hiver;
  • 3 de ces 6 (50 %) décès mettaient en cause des toboggans conventionnels, tandis que les glissades sur chambre à air ont causé 1 des 6 décès (17 %);
  • la planche à neige a entraîné 5 des 45 (11 %) décès survenus durant la pratique de sports d’hiver;
  • la majorité des accidents mortels, soit 37 des 45 décès (ou 82 %), se sont produits durant des activités sociales avec des amis ou des parents;
  • 5 des 45 (11 %) décès attribuables aux sports d’hiver ont eu lieu au cours d’excursions scolaires de ski distinctes;
  • la mort est attribuable à une collision avec un ou plusieurs arbres dans 24 des 45 (53 %) décès recensés;
  • les chutes représentent la deuxième cause la plus fréquente de décès, ayant entraîné 15 des 45 (33 %) décès.

L’examen visait à répondre à trois questions :

1.      Les décès résultant d’accidents de ski, de planche à neige ou de toboggan sont-ils plus susceptibles de toucher les personnes moins expérimentées?

Parmi les 39 décès mettant en cause le ski et la planche à neige, 8 (21 %) des 39 victimes étaient considérées comme débutantes [faible niveau d’expérience ou de maîtrise], 9 (23 %) étaient expérimentées, 14 (36 %) étaient très expérimentées et 3 (8 %) étaient considérées de niveau élite [ce qui correspond au niveau atteint par les moniteurs de ski certifiés]. Des 39 personnes décédées en pratiquant le ski et la planche à neige, 26 (67 %) étaient de niveau « expérimenté-élite ». Les 8 autres victimes (21 %) étaient considérées comme débutantes. Apparemment, les décès accidentels sont plus susceptibles de toucher les personnes expérimentées. Les skieurs chevronnés ont probablement davantage confiance en leurs habiletés et moins peur des risques. Ils sont prêts à relever des défis que des skieurs moins expérimentés auraient tendance à (et devraient) éviter, tels que les descentes difficiles et rapides comportant de multiples virages en terrain accidenté. Les conditions des pistes de niveau expert (losange noir et double losange noir) ne pardonnent pas et toute erreur risque d’avoir de graves conséquences.

2.      Les décès résultant d’accidents de ski, de planche à neige ou de toboggan sont-ils plus susceptibles de se produire lorsque les conditions météorologiques sont difficiles?

Le rapport du coroner s’est penché sur les facteurs suivants : les conditions d’enneigement, la visibilité et la luminosité. Dans la majorité des cas (29 des 45 décès ou 64 %), les conditions d’enneigement au moment de l’accident sont inconnues. Cependant, lorsque cette information est connue, les conditions sont le plus souvent qualifiées de « claires » (11 cas ou 24 % des 45 décès). [Le terme « clair » semble s’appliquer davantage à la visibilité qu’à la surface enneigée – p. ex., piste glacée, piste avec neige poudreuse, piste damée].

Le niveau de visibilité au moment de l’accident est également inconnu dans la plupart des cas. Parmi les 45 décès, la visibilité est qualifiée de « claire » dans 12 (27 %) des cas, lorsque cette information est connue.

Les accidents mortels se sont produits en plein jour dans 22 des 45 cas (49 %).

Les conditions météorologiques n’étaient pas souvent documentées, ce qui fait qu’elles ont été classées comme une variable inconnue dans un large pourcentage de cas. Cette constatation a mis en lumière une des façons d’améliorer la collecte de données sur les décès.

3.      Les traumatismes crâniens résultant d’accidents de ski, de planche à neige ou de toboggan sont-ils plus susceptibles de survenir en l’absence d’un casque protecteur?

Sans surprise, les conclusions de l’examen révèlent que tel est le cas. Le traumatisme crânien est la cause de décès la plus importante chez les skieurs et les planchistes. Parmi les 45 accidents mortels, 24 (53 %) étaient attribuables à des traumatismes crâniens. À la suite de l’étude des 24 cas de traumatisme crânien par l’équipe de spécialistes, ceux-ci étaient d’avis que le port d’un casque homologué, conçu spécialement pour les sports d’hiver et ajusté convenablement aurait prévenu 9 décès (38 %), probablement prévenu 6 décès (25 %) et peut-être prévenu 4 décès (17 %). Dans l’ensemble, 19 des 24 (79 %) décès causés par un traumatisme crânien auraient probablement pu être évités.

L’examen du coroner a été entrepris en raison du décès de cinq étudiants qui est survenu au cours d’excursions scolaires de ski distinctes pendant la période visée par l’étude. Dans l’ensemble, la fréquence des accidents mortels par rapport au nombre total de personnes pratiquant des sports d’hiver, à savoir le ski, la planche à neige et le toboggan, est peu élevée. Cependant, la gravité des accidents est considérable.

Afin de promouvoir une pratique plus sécuritaire du ski et de la planche à neige, le Bureau du coroner en chef recommande que les conseils scolaires se familiarisent avec les consignes figurant dans le document Les conseils scolaires – Les centres de neige : lignes directrices sur la sécurité lors des excursions – Programmes de formation en sports d’hiver et le mettent en œuvre. Ce document peut être consulté en cliquant sur le lien suivant :

http://osbie.on.ca/francais/pdf/French-Ski-Package.pdf

Pour lire le rapport dans son intégralité sur le site Web du Ministère de la sécurité communautaire et des services correctionnels, cliquez ici.

 

Mark Cunliffe, Analyste des risques

markc@osbie.on.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

This content is restricted to site members. If you are an existing user, please log in. New users may register below.

Existing Users Log In
   
New User Registration
*Required field