Slip and fall claim example / Exemple de sinistre découlant de glissades et chutes

***Version française au bas de la page***

Slip and fall (or loss of balance) claims have the highest percentage of liability claims frequency across OSBIE membership. The following is an example of a slip and fall claim and how liability was determined.

Description of loss

The claimant (the injured person) lost balance in the parking lot (right where the yellow bucket is). She sustained a fractured ankle requiring surgery and hospitalization.

There are many factors that are considered when determining liability.  Here is the basic framework that is used:

Duty – is a duty of care owed?

Breach – was this duty breached?

Cause – was the school board the cause of the breach? Did they fail to something, or did they do something that they shouldn’t have?

Damages – what (if any) damages are suffered?

Here is what the investigation revealed in this case: 

Duty – The school board’s duty stems from the Occupier’s Liability Act, which requires occupiers (i.e. the school board) to ensure the safety of occupants to a reasonable standard. The Act requires that a reasonable system of maintenance and inspection is in place.

Breach – The loss occurred at 1:00 pm. The custodian did not know that he was required to notify the contractor to attend to salt. He assumed the contractor would attend automatically.  The contractor was not called until after the loss. There were sizable patches of black ice covered by a dusting of snow. It appears that some sand was applied but the amounts were unknown as there was a lack of documentation.

Photos taken of the scene by the principal after the incident indicate the presence of ice. A reasonable inspection should have identified the presence of ice and prompted some further preventive measures. Arguably, if salted first thing in the morning the salt may have melted the ice by early afternoon when the loss occurred.

Cause – Lack of sanding and salting resulted in slippery conditions.

Damages – The claimant sustained a fractured ankle requiring surgery and hospitalization which resulted in out of pocket expenses.

Liability Assessment

85% against the school board – there wasn’t a reasonable system of inspection in place that was being followed at the time of the incident. If they did, it wasn’t proven due to lack of documentation.

15% against the claimant – for failing to keep a proper lookout for her own safety, which in this case was due to improper footwear. This is called contributory negligence, which is the failure of an injured person to act prudently

Risk Management Tips

Risk management is everyone’s job – if you see a hazardous condition, do something about it!

Document, document, document – Lack of documentation may make the defence more difficult to prove that the board had established a reasonable routine.

Follow school board policy and procedure – ensure that expectations are clearly communicated to staff.

 

*************************************************************************************************************************************************************************************

 

Les sinistres relatifs aux glissades et chutes (ou pertes d’équilibre) représentent le pourcentage le plus élevé de sinistres en responsabilité civile parmi les membres de l’OSBIE. Voici un exemple d’un tel sinistre et de la façon dont la responsabilité a été établie.

Description du sinistre

La demanderesse (la personne blessée) a perdu l’équilibre dans un stationnement (là où se trouve le seau jaune). Elle a subi une fracture à la cheville qui a nécessité une intervention chirurgicale et une hospitalisation.

De nombreux facteurs sont pris en compte pour établir la responsabilité. Examinons le cadre de base utilisé :

Devoir – Existe‑t‑il un devoir de diligence?

Infraction – A‑t‑on manqué à ce devoir?

Cause – Le conseil scolaire a‑t‑il été à l’origine de l’infraction? A‑t‑il omis d’agir ou a‑t‑il fait quelque chose qu’il n’aurait pas dû faire?

Dommages – Quels ont été les dommages (le cas échéant) subis?

Voici ce que l’enquête a révélé dans cette affaire : 

Devoir – Le devoir du conseil scolaire découle de la Loi sur la responsabilité des occupants (la Loi), qui exige que les occupants (le conseil scolaire en l’espèce) garantissent un niveau de sécurité raisonnable aux personnes qui se trouvent dans les lieux ou immeubles dont l’occupant a la charge. La Loi exige un système d’entretien et d’inspection raisonnable.

Infraction – Le sinistre est survenu à 13 h. Le concierge ne savait pas qu’il devait aviser l’entrepreneur d’épandre du sel. Il a supposé que l’entrepreneur exécuterait automatiquement cette tâche.  L’entrepreneur n’a été appelé qu’après le sinistre. De vastes plaques de glace noire étaient recouvertes d’une neige fine. Il semble que du sable ait été épandu, mais on ne sait pas en quelle quantité en raison de l’absence de justification.

Les photos de la scène prises par le directeur après l’incident montrent la présence de glace. Une inspection raisonnable aurait dû révéler la présence de glace et indiquer l’obligation de prendre d’autres mesures préventives. De toute évidence, du sel épandu tôt le matin aurait fait fondre la glace au début de l’après‑midi, lorsque le sinistre s’est produit.

Cause – L’absence de sable et de sel a entraîné des conditions glissantes.

Dommages‑intérêts – La demanderesse a subi une fracture à la cheville qui a nécessité une intervention chirurgicale et une hospitalisation, ce qui lui a occasionné des frais.

Évaluation de la responsabilité

Responsabilité à 85 % du conseil scolaire – Aucun système d’inspection raisonnable n’a été appliqué au moment de l’incident. S’il en existait un, cela n’a pas été prouvé en raison de l’absence de justification.

Responsabilité à 15 % de la demanderesse – La demanderesse n’a pas garanti comme il se doit sa propre sécurité, ce qui, en l’espèce, était attribuable à des chaussures inadéquates. C’est ce qu’on appelle la négligence concurrente, c’est‑à‑dire qu’une victime n’a pas agi avec prudence.

Conseils en matière de gestion des risques

La gestion des risques est l’affaire de tous – Si vous voyez un danger, faites quelque chose pour y remédier!

Justifier, justifier, justifier – L’absence de justification peut faire en sorte qu’il est plus difficile pour la partie défenderesse de prouver que le conseil a établi une routine raisonnable.

Suivre les politiques et procédures du conseil scolaire – S’assurer que les attentes sont clairement communiquées au personnel.

This content is restricted to site members. If you are an existing user, please log in. New users may register below.

Existing Users Log In
   
New User Registration
*Required field