Zika Virus on the Rise / La progression du virus Zika

***Version française en bas de la page***

In recent days the media has focused on the expected proliferation of the Zika virus throughout the Americas.

The Zika virus is thought to be transmitted by Aedes aegyptiv mosquitos who have bitten a person with an active infection.  This mosquito species is native to tropical and sub-tropical climates. The World Health Organization recently announced that the virus may eventually spread to every country in the Western Hemisphere except Canada and Chile, due to inhospitable climate conditions. For Canadians the exposure to the Zika virus is travel related rather than a domestic threat.

The illness is usually mild with symptoms lasting for several days to a week.  Approximately 80% of people infected have no symptoms. The most common symptoms of Zika are fever, rash, joint pain, muscle pain, headache and conjunctivitis. Zika virus usually remains in the blood of an infected person for a few days and approximately 1 in 5 people infected with the virus become ill. Most people fully recover.

The utmost concern regarding the virus pertains to its possible connection to babies born with abnormally small heads (microcephaly).  The link is suspected but yet to be proven. This condition results in severe neurological disorders and developmental issues. In Brazil, the virus’ country of origin, there were 4,180 cases of babies with microcephaly born to women infected with Zika during their pregnancies.

Presently there is no treatment or vaccine, although a vaccine is under development and may be ready for testing before the end of 2016.  Some host nations are implementing eradication processes. For now the only reliable protection against contracting the Zika virus is avoiding travel to areas with active infestation.  If travelling to a country where Zika is present the Center for Disease Control in the U.S. advises strict adherence to mosquito protection measures including using an EPA approved repellant over sunscreen, wear long sleeved shirts and long pants thick enough to block mosquito bites and sleep in air-conditioned, screened rooms.

According to Health Canada there are only four documented cases of Canadians, who travelled to affected countries, contracting the virus. Two cases are in British Columbia one in Alberta and one in Quebec. The B.C. cases involved travel to Colombia and El Salvador. Both persons recovered and neither was pregnant. There are no details regarding the person from Alberta or Quebec. In Canada, there have been no cases of locally transmitted Zika virus.  As a precaution, Canadian Blood Services is expected to enact restrictions in the sort-term relating to donations from individuals who have travelled to countries affected by the Zika virus. Dana Devine, Chief Medical Officer of Canadian Blood Services stated, “We think it is the wise thing to do,” adding that the probability acquiring the Zika virus from a blood transfusion as “really pretty tough, but not impossible.”

The Public Health Agency of Canada issued a travel advisory, updated on January 16, 2016, recommending pregnant women and those considering pregnancy may want to postpone travel to countries with the Zika virus. The link is available here:

http://www.phac-aspc.gc.ca/tmp-pmv/notices-avis/notices-avis-eng.php?id=143

Travelling abroad carries risks, some related to diseases spread by infected mosquitoes, ticks, fleas or flies. When planning trips check travel advisories and Health Canada, The Center for Disease Control and WHO websites. Before leaving the country seek medical consultation and get immunized when applicable.

For Health Canada insect bite prevention recommendations:

http://travel.gc.ca/travelling/health-safety/insect-bite

Also refer to the OSBIE Risk Management Advisory for information on international travel for information on other risk management considerations for school excursions at the following link:

http://osbie.on.ca/risk-management/advisories/schooltrips.aspx#advisories

Mark Cunliffe, Risk Analyst

markc@osbie.on.ca

************************************************************************************

Depuis quelques jours, les médias commentent abondamment la prolifération attendue du virus Zika à la grandeur de l’Amérique.

Le virus Zika serait transmis par les moustiques Aedes aegyptiv qui ont piqué une personne atteinte d’une infection active. Cette espèce de moustique provient des régions à climat tropical et subtropical. L’Organisation mondiale de la santé a récemment annoncé que le virus pourrait se propager à chaque pays de l’hémisphère occidental, à l’exception du Canada et du Chili en raison de leurs conditions climatiques inhospitalières pour cet insecte. Pour les Canadiens, la menace posée par le virus Zika vise davantage les voyageurs que les gens au pays.

La maladie est habituellement bénigne et les symptômes peuvent s’échelonner sur quelques jours à une semaine. Environ 80 % des personnes infectées n’ont aucuns symptômes. Les symptômes les plus courants sont la fièvre, l’éruption cutanée, les douleurs articulaires, les douleurs musculaires, les maux de tête et la conjonctivite. Le virus Zika demeure habituellement dans le sang de la personne porteuse pendant quelques jours, et environ une à cinq personnes infectées deviennent malades. La plupart des personnes touchées s’en remettent sans conséquences.

La plus grande préoccupation au sujet de ce virus a trait à la possibilité de lien avec des bébés à tête anormalement petite à la naissance (microcéphalie). Il s’agit d’un lien présumé qui n’a pas encore été prouvé. Cette maladie entraîne de graves troubles neurologiques et des problèmes de développement. Au Brésil, pays d’origine du virus, on a dénombré 4 180 cas de bébés atteint de microcéphalie à la naissance et dont la mère était atteinte du virus Zika pendant la grossesse.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement ou vaccin, quoiqu’un vaccin est en préparation et pourrait être prêt d’ici la fin de 2016. Certains pays touchés mettent actuellement au point un processus d’élimination. À l’heure actuelle, la seule protection fiable contre le virus Zika consiste à éviter de se rendre dans les pays où l’infestation est active. Aux personnes se rendant dans ces pays, le Center for Disease Control des États‑Unis recommande d’appliquer rigoureusement des mesures de protection contre les moustiques, notamment utiliser un chasse‑moustique approuvé par l’EPA par‑dessus un écran solaire, porter des manches longues et des pantalons longs d’une épaisseur suffisante pour empêcher les piqûres de moustique, et dormir dans une chambre cloisonnée et climatisée.

Selon Santé Canada, on ne dénombre que quatre cas documentés de Canadiens qui se sont rendus dans les pays touchés et qui ont contracté le virus : deux cas en Colombie‑Britannique, un en Alberta et un au Québec. Les voyageurs de la Colombie‑Britannique ont visité la Colombie et El Salvador. Ces deux personnes n’étaient pas enceintes et ont bien récupéré. Aucun détail n’a été rendu public au sujet des voyageurs de l’Alberta et du Québec. Au Canada, on ne rapporte aucun cas de virus Zika transmis à l’échelle locale. À titre de mesure préventive, la Société canadienne du sang prévoit d’appliquer sous peu des restrictions sur les dons de sang de personnes qui se sont rendues dans des pays touchés par le virus Zika. Dana Devine, médecin‑hygiéniste en chef de la Société canadienne du sang, a déclaré : [traduction] « Nous croyons qu’il est sage de procéder ainsi », et elle a ajouté que la probabilité de contracter le virus Zika à la suite d’une transfusion sanguine [traduction] « est très faible, mais pas impossible ».

L’Agence de la santé publique du Canada a émis un avis aux voyageurs, mis à jour le 16 janvier 2016, dans lequel elle recommande aux femmes enceintes et à celles qui prévoient de le devenir d’envisager le report de leur voyage vers des pays affectés par le virus Zika. Suivre le lien ci‑après :

http://www.phac-aspc.gc.ca/tmp-pmv/notices-avis/notices-avis-fra.php?id=143

Les voyages à l’étranger comportent des risques, dont certains ont trait à des maladies transmises par des moustiques, des tiques, des puces ou des mouches. En prévision d’un voyage, veuillez vérifier les avis aux voyageurs et les sites Web de Santé Canada, du Center for Disease Control et de l’OMS. Avant votre départ, veuillez consulter votre médecin et, au besoin, vous faire vacciner.

Pour connaître les recommandations de Santé Canada au sujet de la prévention des piqûres et morsures d’insectes, prière de consulter :

http://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/piqure-d-insecte

Pour plus de précisions au sujet des voyages internationaux et des renseignements sur d’autres questions touchant la gestion des risques liés aux excursions scolaires, veuillez également consulter la page Conseils sur la gestion des risques, de l’OSBIE, à l’adresse suivante :

http://osbie.on.ca/Francais/risk-management/advisories/schooltrips.aspx

Mark Cunliffe, Analyste des risques

markc@osbie.on.ca

This content is restricted to site members. If you are an existing user, please log in. New users may register below.

Existing Users Log In
   
New User Registration
*Required field